VARIOUS - Chansons Métropolitaines (1900 - 2000) . 2CD

Comotion

VARIOUS - Chansons Métropolitaines (1900 - 2000) . 2CD

€6.90

including LEO FERRE' . YVES MONTAND . JEAN GUIDONI . IVES SIMONLES . FRERES JACQUES ...

48 titres + Livre 40 pages inclus.

>>>>> Comotion
>>>>> rarities! special price!

Paris, le 7 février 2001- Un double-CD de compilation célèbre les cent ans du métro parisien en quarante-huit titres, de Dranem à la chanson d’aujourd’hui, des jeux de mots d’avant-guerre aux nostalgies contemporaines. Au générique, Léo Ferré, Yves Montand, Les Frères Jacques, Yves Simon ou Jean Guidoni, mais aussi des dizaines de pépites savoureuses du temps du 78-tours.

Mélodies en sous-sol

Outre des émissions de radio et des livres très érudits, Martin Pénet compile des disques qui traversent la mémoire de la chanson autour d’un thème : il a déjà réalisé des double-CD de chansons célébrant le train, les plaisirs de la chair, les stupéfiants ou l’homosexualité, pour l’essentiel avant-guerre. Pour la première fois, sa sélection contient des chansons de l’année, tout simplement parce qu’en 2000, le métro parisien a eu cent ans. Et l’album Chansons métropolitaines couvre tout ce siècle, d’un enregistrement de la voix de Fulgence Bienvenüe, ingénieur en chef des travaux, à l’hommage que lui rend Service Public, groupe constitué de salariés de la RATP ( Régie Autonome des Transports Parisiens).
Les auteurs de chansons ont déjà été inspirés par les pharaoniques travaux de construction du métro, comme en témoigne la célèbre chanson à double sens de Dranem,Le Trou de mon qua. Dès les premières lignes ouvertes va naître une famille de chansons qui jouent des noms de stations : Le Joyeux contrôleur enregistré par Faivre en 1910 (« Quel est votre nom Mademoiselle/Elle me répondit je m’appelle Blanche (...) Ma mère il vaudrait mieux que j’la perde/Elle se saoûle avec des verres de Rome ») ou Amour et métro de Félix Paquet en 1948 (« Il lui fit la cour en termes Choisy/Il offrit son cœur elle dit non Bercy »), jusqu’au très actuel Métro de Java, groupe de rap-musette, en 2000 (« Va t’faire Massena par Edgar le quinet faut qu’on t’Opéra/Trop tard t’es Saint Maur et je Porte des Lilas/Sur ton Corvisart direction le Père Lachaise »).

 

De tout temps, également, on a rêvé sur les rencontres fortuites dans les wagons : version masculine avec La petite dame du métro par Paul Lack ou féminine avec Le jeune homme du métro par Nitta-Jo (« Est-ce vous le petit jeune homme qui était l’autre tantôt dans le métro/A la station de l’Odéon »), en 1911 et 1912 ; version égrillarde avec Idylle souterraine par Jean-Loup en 1933 (« Et pour savoir c’qui la chatouille/Derrière son dos elle tripatouille/Et tombe sur une belle paire de... gants »); version swing avec Stop par Irène de Trébert en 1944 (un inédit écrit par Francis Blanche et Aimé Barelli !) ; version très contemporaine avec Superflu dans Métropolitain en 1999 (« Une fille sur le quai d’en face/Un carton à dessins, un livre dans la main/On dirait que quelque chose l’agace/Est-ce le métro qui tarde (...) Oh mon Dieu, s’il te plait/Puisse ce métro n’arriver jamais »)...

 

On peut entendre ainsi Léo Ferré, Yves Montand, Robert Lamoureux, Marie Dubas (dans un inédit de 1955), Les Frères Jacques, Henri Tachan, Pierre Louki, Yves Simon ou Jean Guidoni, qui tous chantent le métro, ses routines et ses imprévus. Cet album contient aussi quelques reflets de l’époque, comme le formidable Pour me rendre à mon bureau de Georges Tabet qui en 1945 s’amuse des restrictions dues à la guerre, le très gauchiste Philippe Val qui regrette la disparition des wagons de première classe en 1996 ou Ticket chic ticket choc qui en 1981 soutenait l’offensive de charme publicitaire de la RATP. Et on s’amuse beaucoup des Martyrs du métro, parodie des célèbres et dramatiques Goélands de Damia par Sarthel, en 1932, ou de Denfert Barbès en 1948, dans lequel Lily Fayol raconte le métier des bonimenteurs des couloirs du métro. Deux heures et demi de découvertes ou de retrouvailles en sous-sol...

Bertrand DICALE

[ https://musique.rfi.fr ]

2001 © Kiron Music - KM002